Comparaison du mode S/T au mode iVAPS pour un patient BPCO1

Étude de cas

Hideki Ishihara, Directeur du service de médecine respiratoire et de soins intensifs, centre médical d'Osaka pour les maladies respiratoires et les allergies, Japon.

Antécédents du patient

  • Homme de quatre-vingt-trois ans avec BPCO.
  • Huit ans de traitement en VNI (avec le masque Mirage QuattroTM) pour traiter l'hypoventilation, en plus d'une oxygénothérapie à long terme.
  • Une désaturation nocturne a été observée et le patient a été de nouveau hospitalisé pour réajuster les réglages de la VNI.

Problèmes avec le traitement initial :

  • Le patient a signalé une gêne et avait l'impression que l'air était « poussé de force » dans son corps malgré le besoin d'expirer.
  • Il a également ressenti une gêne au moment de s'endormir.
  • ResScan a signalé une fuite intermittente.
  • En dépit de ces réglages, une désaturation a été observée pendant le sommeil paradoxal.
  • Par conséquent, il a fallu trouver un moyen d'améliorer la désaturation et le confort du patient.

Passage au mode iVAPS

Base des réglages

  • Le volume de la ventilation alvéolaire cible a été calculé à 5,1 l/min en utilisant le volume courant en mode S/T et le calculateur de ventilation alvéolaire.
  • Le réglage de l'AI Min a été maintenu sur le réglage par défaut de 2 cm H2O. L'AI Max a été réglée sur l'IPAP du mode S/T plus 1 cm HO.
  • Dans l'ensemble, plusieurs paramètres ont fait l'objet d'une amélioration comme montré par les chiffres ci-dessous.
  • En mode iVAPS, la respiration spontanée a augmenté et la ventilation alvéolaire cible a été atteinte.
  • Le patient ne se plaint plus de la pression élevée au moment de s'endormir. Grâce à l'amélioration du confort, l'observance est meilleure.
  • Le déclenchement de l'inspiration et le passage en expiration sont devenus plus spontanés.

 Limitations

  • Il est recommandé de régler l'iBR en fonction de la fréquence respiratoire spontanée du patient (p. ex. 16 bpm) et de réévaluer Ti Max.
  • La SpO2 n'a pas été normalisée même si la pression a atteint le niveau de l'AI Max. Par conséquent une augmentation de AI Max et de l'EPAP doit être envisagée.

Conclusions

  • Un patient BPCO présentant des désaturations nocturnes a été traité en mode S/T et en mode iVAPS.
  • Le mode iVAPS a permis d'améliorer le confort et la ventilation du patient.
  • Il faut toutefois faire attention pour ajuster les réglages de mode S/T au mode iVAPS.
  • En optimisant les réglages, l'échange gazeux normal devrait être obtenu pour ce patient.

Référence

  • 01

    Adapté de : Teijin Pharma Limited