Troubles respiratoires du sommeil et pression positive

Les SAOS non traités ont été associés à plusieurs types de complications cardiovasculaires, y compris l'hypertension, la coronaropathie, l'insuffisance cardiaque congestive, les arythmies cardiaques, l'AVC et même des décès.1 En plus de la morbidité et de la mortalité cardiovasculaire, les SAOS non traités sont associés à de multiples effets négatifs, y compris une somnolence diurne excessive, une réduction de la fonction cognitive (p. ex. attention, fonctions motrices et mémoire) et une mauvaise qualité de vie.2

La PPC a été prescrite pour la première fois par le professeur Colin Sullivan en 1981. Le professeur Sullivan traita cinq patients souffrant d'un SAOS sévère avec une PPC appliquée aux narines, par l'intermédiaire d'un circuit et d'un masque. La PPC agit comme une attelle pneumatique qui empêche l'effondrement des voies aériennes pendant le sommeil. Elle est considérée comme étant un traitement sûr, non invasif et efficace du SAOS.3

La pression positive continue (PPC) est désormais utilisée couramment et est considérée comme étant le traitement de référence du SAOS. Elle a démontré sa capacité à réduire le risque des événements cardiovasculaires fatals et non fatals ainsi que les taux de mortalité comparé au SAOS non traité4-6. Par ailleurs, chez les patients observants, un traitement par PPC améliore considérablement les symptômes associés au SAOS, comme la somnolence diurne excessive, la fonction cognitive et une mauvaise qualité de vie. 7,8

Références

  • 01

    Shahar E, Whitney CW, Redline S, et al. Sleep-disordered breathing and cardiovascular disease: cross-sectional results of the Sleep Heart Health Study. American journal of respiratory and critical care medicine 2001;163:19-25.

  • 02

    Engleman HM, Douglas NJ. Sleep. 4 : Sleepiness, cognitive function, and quality of life in obstructive sleep apnoea/hypopnoea syndrome. Thorax 2004;59:618-22.

  • 03

    Sullivan CE, Issa FG, Berthon-Jones M, Eves L. Reversal of obstructive sleep apnoea by continuous positive airway pressure applied through the nares. The Lancet 1981;1:862-5

  • 04

    Buchner NJ, Sanner BM, Borgel J, Rump LC (2007) Continuous positive airway pressure treatment of mild to moderate obstructive sleep apnea reduces cardiovascular risk. Am J Respir Crit Care Med 176(12):1274–1280.

  • 05

    Campos-Rodriguez F, Pena-Grinan N, Reyes-Nunez N, De la Cruz-Moron I, Perez-Ronchel J, De la Vega-Gallardo F, Fernandez-Palacin A (2005) Mortality in obstructive sleep ap- nea–hypopnea patients treated with positive airway pressure. Chest 128(2):624–633.

  • 06

    Marin JM, Carrizo SJ, Vicente E, Agusti AG (2005) Long- term cardiovascular outcomes in men with obstructive sleep apnoea–hypopnoea with or without treatment with continuous pos- itive airway pressure: an observational study. Lancet 365 (9464):1046–1053.

  • 07

    Avlonitou E, Kapsimalis F, Varouchakis G, Vardavas CI, Behrakis P (2011) Adherence to CPAP therapy improves quality of life and reduces symptoms among obstructive sleep apnea syndrome patients. Sleep Breath.

  • 08

    Giles TL, Lasserson TJ, Smith BH, White J, Wright J, Cates CJ. Continuous positive airways pressure for obstructive sleep apnoea in adults. The Cochrane database of systematic reviews 2006:Cd001106.

Lectures supplémentaires

Autres articles

Le passage d'une phase du sommeil à une autre, le poids, la position du corps, ainsi que ...