Options thérapeutiques pour la BPCO et résultats

Bien que la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) soit une maladie actuellement incurable, des traitements existent pour soulager les patients au quotidien et permettre une prise en charge à long terme de la maladie.

Les principaux objectifs du traitement de la BPCO sont les suivants :

  • Soulager les symptômes

  • Ralentir la progression de la maladie

  • Prévenir et traiter les exacerbations

  • Optimiser la fonction pulmonaire

  • Réduire la mortalité.1

En raison de la nature évolutive de la BPCO, les plans de traitement varient en fonction du stade de la maladie.

Haut de page ^

Traitement des exacerbations aiguës de la BPCO

En fonction de la gravité, les patients présentant des exacerbations aiguës de la BPCO souffrent souvent d'une limitation supérieure du débit, d'une production accrue de crachats, d'une inflammation des voies aériennes et d'une insuffisance respiratoire pouvant entraîner une hypoxie, une hypercapnie et une acidose respiratoire.2

Traitements recommandés pour les exacerbations aiguës :

  • Bronchodilatateur à action courte et longue

  • Corticoïdes inhalés

  • Antibiotiques

  • Agents mucolytiques

  • Oxygénothérapie

  • Ventilation non invasive.2

Alors que l'oxygénothérapie est utilisée pour traiter les patients souffrant d'hypoxémie avec une dégradation des échanges gazeux ou une défaillance pulmonaire, elle ne traite pas suffisamment la rétention de gaz carbonique (CO2) chez les patients hypercapniques avec insuffisance ventilatoire – à la différence de la ventilation non invasive.3

Les directives de l'initiative GOLD (global initiative for chronic obstructive lung disease) concluent que le recours à la ventilation non invasive pour gérer les exacerbations aiguës de la BPCO permet d'améliorer l'acidose respiratoire, de diminuer la fréquence respiratoire, d'atténuer la sévérité de la dyspnée et de réduire le taux de complication, notamment des pneumonies acquises sous ventilation mécanique.1

Environ 20 % des patients BPCO qui sont hospitalisés pour une exacerbation aiguë sont réadmis dans les 30 jours.4 Une autre étude indique un taux de réadmission de 63 % pour un suivi moyen de 1,1 an.5

Il est prouvé que le recours à la ventilation non invasive pour traiter les exacerbations aiguës en milieu hospitalier non seulement réduit le taux de réadmission et la durée des séjours, mais fait aussi baisser le taux de mortalité et d'intubation.6 La prescription de la ventilation non invasive à domicile à la suite d'une hospitalisation BPCO présente des bénéfices similaires.7

Haut de page ^

Traiter la BPCO chronique stable

La prise en charge à long terme de la BPCO a pour but d'optimiser la fonction pulmonaire, de prévenir les exacerbations et de ralentir la progression de la maladie. Ceci inclut souvent un plan d'autogestion avec des traitements multidisciplinaires individualisés pour répondre aux besoins spécifiques des patients.

Traitements recommandés pour de meilleurs résultats à long terme :

  • Sevrage tabagique

  • Réadaptation pulmonaire

  • Vaccination antigrippale

  • Informations et conseils

  • Oxygénothérapie

  • Ventilation non invasive.2

Pour faire face au coût croissant pour notre système de santé, on s'intéresse à l'utilisation de la ventilation non invasive, non seulement lors du traitement des exacerbations aiguës, mais aussi comme traitement préventif dans la prise en charge à long terme de la BPCO.2

Haut de page ^

Résultats cliniques avec la ventilation non invasive

Une série d'études montre des résultats encourageants lorsque la ventilation non invasive est ajoutée au traitement de la BPCO :

  • Incidence réduite de l'intubation pour les patients BPCO hospitalisés et sous ventilation non invasive en comparaison avec ceux recevant des soins médicaux classiques.6

  • 3 jours Réduction de la durée du séjour hospitalier pour les patients BPCO admis avec ventilation non invasive.6

  • 76% Réduction du risque de mortalité pour les patients BPCO hypercapniques sous ventilation non invasive à long terme.8

  • 32% Réduction des coûts d'hospitalisation lorsque les patients BPCO sont traités par ventilation non invasive au moment de l'hospitalisation en comparaison avec ceux recevant des soins médicaux classiques.9

  • 5,6 points Amélioration de la qualité de vie des patients d'après le Questionnaire respiratoire du St-George's Hospital.8

Haut de page ^

Chiffres de la ventilation non invasive associée au traitement BPCO à domicile

1. Réduction des réadmissions à l'hôpital ou de la mortalité de 51 %10

Un essai clinique récent, l'étude HOT-HMV, a établi que la ventilation non invasive (VNI) peut être utile dans la prise en charge des patients hypercapniques en-dehors de l'hôpital.12 Cette étude est le premier essai contrôlé randomisé important à montrer que la ventilation mécanique à domicile (VMD) combinée avec une oxygénothérapie à domicile (OLD) peut réduire les réadmissions à l'hôpital ou le décès de 51 % sur une année chez les patients BPCO hypercapniques après une exacerbation aiguë de BPCO.

Les résultats révèlent une augmentation du taux moyen de survie sans admission de 1,4 mois dans le groupe sous OLD uniquement, de 4,3 mois dans le groupe sous OLD plus VMD, avec un rapport de risque ajusté de 0,49 (0,31-0,77) ; p=0,002.10

Taux de survie sans admission par branche de traitement

 

2. Meilleur taux de survie chez les patients BPCO

Dans un essai contrôlé randomisé prospectif récent (Köhnlein et al. 2014), des cliniciens ont étudié l'utilisation à domicile de la ventilation non invasive en comparaison avec le traitement standard des patients avec BPCO hypercapnique stable.

Après une période de suivi de 12 mois, le risque de mortalité avait baissé de 76 % dans le groupe d'intervention par rapport au groupe de contrôle. Des progrès ont également été notés en termes de qualité de vie du patient et de tolérance à l'effort.8

Baisse de la mortalité chez les patients BPCO hypercapniques sous ventilation non invasive

Estimations Kaplan-Meier de la mortalité toutes causes confondues pendant la première année après la randomisation. Adapté de Köhnlein et al. 2014.

3. Bénéfices cliniques pour la ventilation non invasive nocturne à domicile

Une étude sur 2 ans (Duiverman et al. 2011) a démontré divers bénéfices cliniques de l'ajout de la ventilation non invasive au traitement BPCO à domicile par rapport à la réadaptation pulmonaire seule. L'étude fait état d'améliorations dans les résultats suivants avec des bénéfices également en augmentation avec le temps :

  • Qualité de vie et humeur liées à la santé

  • Échanges gazeux avec le sang artériel

  • Tolérance à l'effort et niveaux d'activité

  • Fonction pulmonaire, avec VEMS1.11

4.  La ventilation non invasive à domicile réduit les réadmissions à l'hôpital

Une étude rétrospective (Galli et al. 2014) a évalué et comparé les résultats pour les patients sous ventilation non invasive à domicile à ceux des patients sans prescription de ventilation non invasive.

L'analyse des données révèle que la probabilité de réadmission à l'hôpital ou de séjour en soins intensifs était plus faible chez les patients avec prescription de ventilation non invasive.7

Effet de la ventilation non invasive préalable à domicile sur la survie sans événement après une réadmission

Courbes comparatives de Kaplan-Meier de survie sans événement des patients sous ventilation non invasive à domicile et des patients sans ventilation non invasive à domicile. Adapté de Galli et al. 2014.

5.  La ventilation non invasive à domicile réduit la probabilité d'insuffisance respiratoire récurrente

Un essai pilote (Cheung et al. 2010) révèle que les patients BPCO en insuffisance respiratoire aiguë hypercapnique (IRAH) présentent moins de risque d'exacerbation sévère récurrente avec la ventilation non invasive en comparaison au traitement par ventilation en pression positive continue (CPAP). La prévalence de patients développant une IRAH récurrente dans le groupe de ventilation non invasive comparé au groupe CPAP est de 38,5 % par rapport à 60,2 % à 1 an.12

Effet de la CPAP par rapport à la ventilation non invasive chez les patients en IRAH

Courbes de Kaplan-Meier révélant un taux réduit de IRAH récurrente chez les patients BPCO sous ventilation non invasive à domicile comparés aux patients sous CPAP. Adapté de Cheung et al. 2010.

Haut de page ^

Conclusion

Sur la base des données cliniques suggérant que la ventilation non invasive peut améliorer la qualité de vie et la survie,8 mais contribue aussi à réduire la durée des séjours hospitaliers et le taux de réadmission,6 ResMed travaille avec des pneumologues, des services de santé et des organismes payeurs pour sensibiliser au traitement par ventilation non invasive et a développé des solutions intelligentes de ventilation non invasive qui sont adaptées au traitement de la BPCO.

En choisissant les solutions non invasives de ResMed pour traiter vos patients BPCO, vous leur permettez d'améliorer leur expérience à chaque souffle.

Haut de page ^

Références

  • 01

    Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease (GOLD). “Global Strategy for the Diagnosis, Management and Prevention of COPD, 2015.” (accessed November 9, 2015) http://www.goldcopd.org/uploads/users/files/GOLD_Report_2015_Sept2.pdf

  • 02

    McKenzie DK et al. The COPDX Plan: Australian and New Zealand Guidelines for the management of Chronic Obstructive Pulmonary Disease 2003. Med J Aust. 2003;178 (6):S15-29.

  • 03

    Brill SE and Wedzicha JA. Oxygen therapy in acute exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease. Int J Chron Obstruct Pulmon Dis. 2014;9:1241–1252

  • 04

    Jencks SF et al. Rehospitalizations among patients in the Medicare fee-for-service program. New Engl J Med. 2009;360(14):1418-28.

  • 05

    Garcia-Aymerich J et al. Risk factors of re-admission to hospital for a COPD exacerbation: A prospective study.Thorax.2003;58:100–5.

  • 06

    Ram F et al. Non-invasive positive pressure ventilation for treatment of respiratory failure due to exacerbations of chronic obstructive pulmonary disease. Cochrane Database Syst Rev 2004;CD004104.

  • 07

    Galli JA et al. Home non-invasive ventilation use following acute hypercapnic respiratory failure in COPD, Respir Med. 2014;108(5):722-8

  • 08

    Köhnlein T et al. Non-invasive positive pressure ventilation for the treatment of severe stable chronic obstructive pulmonary disease – A prospective, multicentre, randomized, controlled clinical trial. Lancet Respir Med. 2014;2:698-705.

  • 09

    Tsai CL. Comparative effectiveness of noninvasive ventilation vs invasive mechanical ventilation in chronic obstructive pulmonary disease patients with acute respiratory failure. J Hosp Med. 2013 Apr;8(4):165-72.

  • 10

    Murphy P. et al. LATE-BREAKING ABSTRACT: Improving admission free survival with home mechanical ventilation (HMV) and home oxygen therapy (HOT) following life threatening COPD exacerbations: HOT-HMV UK Trial NCT00990132. Eur Respir J 2016; 48: Suppl. 60, 3527

  • 11

    Duiverman ML et al. Two year home-based nocturnal noninvasive ventilation added to rehabilitation in chronic obstructive pulmonary disease. Respir Res. 2011;12(1):112.

  • 12

    Cheung AP et al. A pilot trial of non-invasive home ventilation after acidotic respiratory failure in chronic obstructive pulmonary disease. Int J Tuberc Lung Dis. 2010;14(5):642-9.