Qu'est-ce que la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ?

La BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) est un ensemble de maladies pulmonaires évolutives à long terme où les voies aériennes sont épaissies et enflammées.1 Avec le temps, la BPCO rend la respiration plus difficile en raison de l'obstruction partielle des voies aériennes, limitant ainsi le flux d'air entrant et sortant des poumons.

La conséquence est l'alimentation en oxygène (O2) plus difficile vers le sang et il est alors plus difficile d'évacuer les déchets gazeux, à savoir le gaz carbonique (CO2).

La BPCO se caractérise par 2 états chroniques :

  1. Bronchite chronique, une inflammation durable des voies aériennes qui cause une toux persistante avec sécrétion de mucus.
  2. Emphysème dont la conséquence sont des dommages irréversibles des sacs d'air (alvéoles) dans les tissus pulmonaires et l'essoufflement.

Causes de la BPCO

La principale cause de BPCO est le tabagisme, la prévalence de BPCO étant nettement supérieure chez les individus qui sont ou ont été des fumeurs réguliers par rapport aux non-fumeurs.1

D'autres facteurs de risque comprennent l'exposition à la pollution de l'air et l'exposition professionnelle à la poussière et aux produits chimiques.2

La BPCO est-elle fréquente ?

La BPCO est plus fréquente qu'on ne le pense. D'après les derniers chiffres, 65 millions de personnes dans le monde souffrent de BPCO modérée à sévère..3

En Asie, la prévalence de la BPCO avoisine 6 %, avec des taux spécifiques aux pays entre 3,5 et 6,7 %.4

En Europe, la BPCO concerne 4 à 10 % de la population adulte. Par pays, les estimations sont les suivantes :

  • 3 millions au Royaume-Uni
  • 3,5 millions en France
  • 2,7 millions en Allemagne
  • 2,6 millions en Italie
  • 1,5 million en Espagne.5

Bien que la BPCO soit souvent considérée comme une maladie de fumeurs, de nombreuses études indiquent que 1 patient sur 5 diagnostiqués BPCO n'a jamais fumé.6,7

Symptômes de la BPCO

La BPCO se développe généralement sur plusieurs années. Les signes les plus précoces sont l'essoufflement dans les escaliers ou pendant des travaux domestiques. La respiration étant synonyme d'effort, la fatigue récurrente peut aussi être un signe. Une toux régulière et l'accumulation de mucus sont d'autres symptômes.

La pollution de l'air, les allergies, les refroidissements et la grippe peuvent causer des poussées de BPCO, aussi appelées exacerbations aiguës.7 Chez les fumeurs, les infections pulmonaires sont également fréquentes et peuvent entraîner une pneumonie.

Un problème social

Pour les personnes souffrant de BPCO, les hospitalisations sont fréquentes. Chaque hospitalisation impacte non seulement les ressources de santé, mais est aussi très contraignante pour les patients et leurs familles.

Avec pour objectif de préserver la santé des individus et des communautés, les hôpitaux, les compagnies d'assurance, les prestataires de soins et les patients recherchent de meilleures solutions pour la prise en charge et la gestion à long terme de la BPCO.

Un problème économique

Troisième cause de mortalité dans le monde, on estime que la BPCO coûte la vie à plus de 3 millions de personnes globalement chaque année. Avec le vieillissement de la population, le taux de mortalité due à la BPCO devrait augmenter de 30 % au cours de la prochaine décennie.3

L'augmentation du nombre de patients a un poids économique considérable. Chaque année, la maladie coûte déjà :

  • €38,6 milliards en Europe1
  • $USD49,9 milliards aux États-Unis1
  • $929 millions en Australie8

Outre le sevrage tabagique, le traitement médicamenteux, la réadaptation et une alimentation saine, l'association de la ventilation non invasive au traitement peut contribuer à éviter les hospitalisations9 et à améliorer la qualité de vie des patients.10

Vue d'ensemble de la BPCO

\

References

  • 01

    Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease (GOLD). “Global Strategy for the Diagnosis, Management and Prevention of COPD, 2015.” (accessed November 9, 2015) http://www.goldcopd.org/uploads/users/files/GOLD_Report_2015_Sept2.pdf

  • 02

    Mannino DM and Buist AS. Global burden of COPD: risk factors, prevalence, and future trends. The Lancet 2007:370:765‐773.

  • 03

    World Health Organization. “Chronic respiratory diseases: Burden of COPD” (accessed November 9, 2015) http://www.who.int/gho/publications/world_health_statistics/en/

  • 04

    Halbert RJ et al. Global burden of COPD: systematic review and meta-analysis. Eur Respir J. 2006;28(3):523-32.

  • 05

    European COPD Coalition. “About COPD: Prevalence in EU.” Copdcoalition.eu. (accessed November 9, 2015) http://www.copdcoalition.eu/about-copd/prevalence

  • 06

    Lamprecht B et al. COPD in Never Smokers. Chest 2011;139(4):752–763.

  • 07

    Eisner MD et al. An official American Thoracic Society public policy statement: Novel risk factors and the global burden of chronic obstructive pulmonary disease. Am J Respir Crit Care Med. 2010;182(5):693-718.

  • 08

    Australian Institute of Health and Welfare. “COPD — chronic obstructive pulmonary disease: About COPD” Aihw.gov.au. (accessed November 9, 2015) http://www.aihw.gov.au/copd/

  • 09

    Galli JA et al. Home non-invasive ventilation use following acute hypercapnic respiratory failure in COPD. Respir Med. 2014;108(5):722-8.

  • 10

    Köhnlein T et al. Non-invasive positive pressure ventilation for the treatment of severe stable chronic obstructive pulmonary disease – A prospective, multicentre, randomized, controlled clinical trial. Lancet Respir Med. 2014;2:698-705.

Plus sur la BPCO